Académie Kitai

Une académie à l'apparence classique est fréquentée par de jeunes élèves aux pouvoirs spéciaux.. Et de sombres heures viennent en plus la perturber! Sauront ils y faire face?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reveil (apres fete de la musique)

Aller en bas 
AuteurMessage
Sérénité
Elève de 4ème année / ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 678
Age : 32
Passion : Vivre
Date d'inscription : 05/10/2008

*¤~Personnage~¤*
Age RPG: 16 ans
Pouvoir: Elementariste primaire + Regeneration sanguine; mais.. un truc ne va pas.....
Autres..:

MessageSujet: Reveil (apres fete de la musique)   Mar 4 Aoû - 18:26

Inconsciente, Sérénité errait a present dans un monde vide, sombre mais etrangement apaisant, alors que quelques minutes auparavant elle etait encdore dans la realité a s'inquieter pour son ami Oliven. C'etait impressionant comment tout pouvait basculer d'un instant a l'autre. Tout pouvait aller pour le mieux et un souffle plus tard, vous etiez en train de marchander avec la mort poiur que celle ci vous laisse encore un peu avec votre enveloppe charnelle.
Ce n'etait pas faute d'avoir voulu se battre, mais la douleur et l'horreur avaient été plus fortes. Cependant, la jeune fille, qui s'attendait a passer les portes menant au royaume des morts s'etait subitement retrouvé dans un lieu inconnu ou tout paraissait simple et serein. Les Dieux l'avaient ils encore entendu? Lorsqu'elle avait sentis son corps se dechirer et son esprit s'enflammer, elle avait hurler de toute son ame son ultime voeux de toujours: Je veux vivre! Apres son etre avait perdu pied avec la realité pour entrer dans les flammes destructrices qui composaient le chemin d'une mort violente. Mais au fond de ce gouffre infernal elle avait sentis comme une douceur qui lui avait serrer le coeur et avait fait decoller son corps pour la sortir de la et la transporter dans ce monde intermediaire. Ce gout suave de tendresse etait desormais la seule chose qui lui restait. D'ou venait il? Quelque chose du monde reel? Surement... Bah, cela n'avait pas d'importance car elle y etait bien avec. Sérénité etait comme une simple feuille d'arbre qui derivait doucement au gré d'une brise. Rien a penser. Rien a faire. Plus de douleur, de peur et de chaos. Seules une delicate douceur a cherir contre son coeur. Tout etait serein, si apaisant... Finis les question sur son passé, sur ce qu'elle etait. Peut etre pourrait elle rester ici pour l'eternité...

" Je veux vivre!! "

Vivre?... Qu'est ce que c'etait deja? Ah! Une question ! Le decors s'accelera soudain tandis que l'esprit de la jeune fille tendait ses fils pour se reconnecter. Quelques images en profiterent pour faire de breves apparitions, quand une voix etrangement familiere lui parvint au travers de l'obscurité.

" Tu veux vivre, vraiment? Sais tu ce que cela va t en couter a present? "

Sérénité se tendit. Elle connaissait cette voix, mais d'ou? Enfin, etait ce reellement le plus important a ce moment la? La priorité etait de realiser son voeux de toujours, celui qu'elle avait faillis oublier dans cette autre dimension. Son interlocutrice reprit mais d'un ton desolé et par un enigme qu'elle ne pouvait pas encore comprendre.

" Tu t'es caché mais tu t'es cherché... Tu ne peux rester ici comme je sais que tu ne pourras rester dans la Vie.
- Hein? Mais ou est ma place alors?
- Ne fais pas ces yeux la... Ton desir le plus profond est de vivre, comme la derniere fois, et une fois encore il sera exaucé mais, sache que plus rien ne sera comme avant. L'engrenage est definitivement en route et rien ne pourra plus l'arreter. Le prix pour ta vie est bien plus élevé que tu ne peux l'imaginer. "

Le monde retomba dans le silence mais cette fois ci rien n'y etait plus serein. Au contraire, elle pouvait sentir du mouvements autour d'elle. Des sons etouffés... Quelques picottements qui naquirent dans le creu de son dos... Que se passait il? Soudain se fut comme si son coprs se soulevait. Paniquée, Sérénité se recroquevilla sur sa douceur qu'elle serrait contre sa poitrine, comme si cela allait lui permettre de rester, mais en vain. C'etait comme si chaque particules de son corps reprenait conscience de la realité chacune leur tour.

" Bien il est temps que tu t'en ailles.... Mais on se retrouvera tres bientot. "

Brusquement, une lumiere aveuglante perça les tenebre et amena avec elle la cruelle réalité.

Sur un lit de l'infirmerie, cela faisait a present plus de vingt quatre heure que Sérénité etait allongé, perdu dans un monde entre la vie et la mort. Le jour avait eu le temps de se lever puis de se recoucher avant que les draps ne voient bouger le petit etre qu'ils gardaient. Les mouvements furent doux comme pour un reveil tranquille, mais rapidement le corps de la jeune fille s'agita compulsivement. Soudain elle s'arreta et ouvrit les yeux en clignant des paupieres. Sa vision en premier lieu completement flou se stabilisa pour lui decfrire un plafond blanc et des neons aveuglants. Vivante? Alors c'etait bon, elle etait de retour parmis le commun des mortels... Mais sa joie fut de courte durée car son corps se reveilla a son tour et lui deforma le visage par une expression de souffrance. Une douleur aigu partit de son dos, suivit ses plaies et sournoisement, s'etendit a tout ses membres. Sérénité, d'abord figée, ouvrit la bouche pour respirer, crier, mais rien ne se passa car ses fonction vitales s'etaient comme arreter, en attente de l'explosion de douleur qui se preparait. Et qui ne se fit pas attendre longtemps. Son corps de cambra alors brusquement et ses mains s'agripperent furieusement au matelas tandis qu'un gemissement parvint a s'echapper de sa gorge. La douleur etait inssuportable. Un feu destructeur devorait son corps et la mettait en doute en ce qui concernait son voeux. Comment pouvait on ressentir une telle souffrance physique? Elle avait l'impression que chacune de ses cellules se faisaient broyées puis brulées.
Malheureusement le pire restait a venir, car jusqu'a present elle avait gardé l'esprit claire. En effet, le feu se calme douement, petmettant a la jeune fille de s edetendre un instant, mais il reprit de plus belle pour envahir sa tete. Et la ce fut trop! Des images, des sentiments, des douelurs, tout se melamgea et explosa dans son esprit.
Entre ces eclairs, Sérénité parvint a se lever et a poser les pieds sur le carrelage glacé. Un flash : Une foret. Elle leva les mains sur son front brulant. Les elancements etaient de plus en plus rapproché et violents. De l'air, elle avait besoin de respirer. Deuxieme flash : Un regard emplit de haine et de peur. Ses mains se mirent a tatoner en tramblant la petite table a cote de son lit, afin de recupere une petite veste a se mettre mais, avec sa vision trouble et rouge, elle renversa des verres et des flacons qui s'ecrserent au sol dans un bruits assourdissant. Il fallait qu'elle sorte de la, elle etouffait de plus en plus. Une fois habillé, elle se dirigea en titubant vers la fenetre situé a deux metre de son lit. Troisieme flash : Des flammes. Sérénité poussa un gemissement et se rattrapa au montant de la vitre.

" Non non stop... Pas maintenant...."

Elle savait ce qui se passait mais ce n'etait pas vraiment le bon moment. Personne n'etait avec elle et son corps etait beaucoup trop meurtrit pour pouvoir supporter en plus un chos psychique. Mais son esprit se fichait bien de ces details! La jeune femme l'avait tellement remué pour decouvrir ses secrets qu'a present qu'une breche etait faite dans son bouclier, et bien il allait lui devoiler ce qu'il gardait. Un a un les verrous de sa memoire allaient sauter.
Sérénité parvint a ouvrir la fentre et respira a grand coup l'air frais de la nuit qui s'engagea dans la piece. Quatrrieme flash : Des cris.

" Nooooon... "

C'etait trop horrible... Elle avait besoin de plus d'air! Et de l'eau aussi!! C'etait trop beaucoup trop! Stop! Ses yeux ne remplissaient meme plus leur fonction, noyé sous les eclairs de douleur qui illuminaient sa vue et les larmes de douleur qui roulaient sur ses joues. Elle etait proche de la folie. Sauf que cette fois ci elle etait consciente!! Lors de ses precedentes crise elle perdait toujours connaissance mais aujourd'hui son esprit etait bien decidé a lui reveler quelques morceaux de sa memoire. Oui mais ce moment la n'etait pas vraiment bien choisis... Peut etre etait ce a cause de cette attaque... D'ailleurs qui avait bien pu lui faire ça? Ou plutot quoi? Elle n'avait pas eu le temps de penser qu'elle avait sentis une grande puissane glacé l'envahir et lacerer son dos... Cinquimeme flash : Du sang , partout, sur elle. La jeune fille se pencha par dessus le bord et sauta dans la nuit. Fuir! Voila ce qui lui restait comme option pour ce soir. Elle ne pouvait rester dans l'academie. Elle voulait retrouver son amie la Nature pour qu'elle l'aide uen fois encore.... Pour qu'elle l'apaise et calme cette horrible crise.
Sérénité atterit comme elle pu sur l'herbe et disparut en direction du parc, retenant du mieux qu'elle pouvait ses larmes et ses hurlements de desespoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Reveil (apres fete de la musique)   Jeu 13 Aoû - 18:48

Pourquoi les suivait il? Haru n'en avait pas la moindre idée. Toujours est il qu'une fois qu le jeune homme aux cheveux blancs eut quitté la salle des fêtes portant dans ses bras la jeune fille blonde, il s'était retrouvé derriere eux dans es couloirs de l'academie. Apparement il se dirigeait vers l'infirmerie. Ce qui valait mieux vu l'etat de la blonde! Elle continuait a perdre tellement de sang qu'il se suprit a penser qu'elle ne survivrait pas a cette nuit. Cela lui fit un peu de peine, mais il ne chercha pas a savoir pourquoi bien que ce sentiment fut fort etrange. Par ailleurs même le gars aurait besoin d'etre soigné! On voyait a des kilometres qu'il etait certes sous l'emprise de l'alcool mais ce qu'on pouvait lire sur son visage était inquietant. C'etait certain qu'il tenait a cette jeune femme.
Au bout d'un moment, le jeune homme tourna et s'engouffra dans l'infirmerie, disparaissant de sa vue. Haru accelera donc le pas pour rattraper tout les metres qu'il le separait d'eux, et s'arreta sur le palier de la porte. Il vit le visage de l'infirmiere se deformer par l'inquietude mais aussi celui de l'élève se pencher vers la jeune fille etendu sur un lit. Quand il embrassa delicatement ses levres, Haru haussa un sourcil. Ah? Ils etaient ensemble? Quoique cela pouvait expliquer le degres de tristesse inscrit dans les yeux de ce pauvre gars couvert du sang de sa copine. Il poussa un soupir et appuya sa main contre le chambranle de la porte. Si son petit ami etait là, Haru n'avait rien a faire ici, il pouvait rentrer. D'ailleurs c'était stupide de sa part d'etre venu car…

" Hum ? "

Il stoppa son intention de partir quand il vit le jeune homme aux yeux aussi blancs que ses cheveux se relevé, se retourné et se dirigé vers la sortie. Mais qu'est ce qu'il foutait? Haru le regarda venir vers lui, il avait le regard tellement hagard qu'il ne s'apperçut pas de sa presence, meme quand il le bouscula sur le pas de la porte. Incredule devant ce comportement etrange, il n'eut pas le reflexe de parler ni de bouger avant que le gars ne disparaisse de sa vue. Il resta, surprit, a fixé le couloir vide. Pourquoi etait il partit? Soudain il fut ramener a la realité par l'infirmiere qui lui cria de fermer la porte en soit entrant soit sortant. Il baissa alors le regard vers la femme habillé de blanc qui s'activait sur le corps mutilé de la jeune fille qui semblait simplement domir. La pauvre… Cela le desolait de la voir ainsi couverte de sang alors que son visage semblait si serein… Alors, il poussa la porte de l'infirmerie et alla s'asseoir sur une chaise, non loin des deux femmes.
Les soins durerent jusqu'à l'aube. Et quand elle eu terminé, l'infirmiere lui adressa un leger sourire epuisée avant de sortir. Apparement les chances de survit de la fillette étaient en hausse. Le reste ne dependait que d'elle, du taux de son desir de vivre, mais aussi de sa force face a ses propres cauchemard. Car au final, on ne pouvait sortir des flammes de l'enfer que si on arrivait a se defaire de ses peurs. Haru perdit son regard par la fenetre d'ou provenait les premiers rayons du soleil naissant. Cette academie etait desormais fort etrange. Cela ne faisait pas longtemps qu'il y était mais deja il s'y sentait lié. Et puis quand on y reflechissait, il venait de se passer quelque chose de grave! Quelque chose avait attaqué une élève! Et au vue des differentes reactions, c'était la première fois que cela arrivait. Il avait bien songé a l'assassin quEt au vue des differentes reactions, c'était la première fois que cela arrivait. Il avait bien songé a l'assassin qu'il recherchait mais il y avait une difference dans la puissance des pouvoirs. Quelque chose de different. De plus cruel peut etre… Car il devait bien avouer que ce qu'il avait ressentit sur la piste de danse ce soir la, depassait de loin le sentiment de haine et de cruauté qui s'était degagé de l'être qui avait detruit son peuple. Cela en etait par ailleurs un peu effrayant. Penser que peut etre un être encore plus vil que celui qu'il recherchait se baladait aux abords de l'academie était peu rejouissant…

* Lumiere… *

Haru serra le poing et chassa ses pensées d'un soupir. Il reconcentra son attention sur le lit ou la jeune femme blonde etait toujours etendue, affichant un visage impassible. Il se leva de sa chaise, degourdissants les fourmillements de fatigue de ses muscles, et s'approcha du lit. Arrivé a sa hauteur il la devisagea plus attentivement. C'est vrai qu'il ne l'avait pas reellement regarder, s'étant concentré plus sur son ami qui lui avait rendu son regard, glacial par ailleurs. Haru fut étonné: elle était vraiment jolie! Il poussa doucement une meche de ses cheveux or qui barrait son visage et admira les courbes que dessinaient ses yeux, son nez, ses levres… Elle avait les trains fins et delicat.

" Tu dois vivre… "

Il ne savait pas pourquoi il avait dit cela mais il le pensait. Elle ne pouvait pas deja partir! Quelque chose… Il n'aurait su dire quoi mais il y avait un truc qui lui rappelait Lumiere. Cela expliquait surement le sentiment etrange qui lui poignait le cœur de voir ainsi cette jeune femme. Il lui caressa delicatement la joue et detournant le regard, il se redirigea vers sa chaise. Il attendrait qu'elle se reveille! D'autant plus que personne ne s'était encore montré a l'infirmerie pour prendre de ses nouvelles… Mais ou était donc passé son ami aux cheveux blancs? Comment osait il la laisser se battre seule contre la mort?? Haru sentit un sentiment de colère monté en lui. Il ne connaissait pas la jeune fille mais deja se sentait outré qu'un homme qui l'embrassait sur les levres puisse la laisser seule dans un tel moment. S'il l'aimait comment pouvait il… Haru ferma les yeux. Il aimait Lumière et pourtant il l'avait laissé seule… Elle en était morte. Non! C'était different! Quand il était partit rien ne menaçait son amour! Alors que la…
Haru soupira et tenta de se calmer en se calant mieux sur sa chaise. Il était epuisé lui aussi a avoir veillé toute la nuit. Il referma les yeux et partit doucement dans un sommeil sans rêves, comme a son habitude. Cela faisait maintenant bien longtemps que le monde des rêves ne venait plus a lui.
Lorsqu'il se reveilla il faisait de nouveau nuit. Et la jeune fille n'avait toujours pas bouger. Il se leva alors doucement, etira ses muscles endoloris et jetant un dernier coup d'œil au lit, il decida de sortir quelques minutes afin d'aller se chercher un café. Il esperait qu'elle se reveillerait rapidement, car plus elle restait dans le coma plus cela voulait dire que ses blessures internes etaient importantes.
Tandis qu'il revenait tranquillement avec son café, un bruit de verres cassés traversa les couloirs jusqu'a lui. Cela provenait de l'infirmerie!

" La petite..."

Sur le coup il en lacha son gobelet qui s'ecrasa au sol, et se mit a courir. Cependant arriver a la porte de la salle, c'etait deja trop tard. Il vit en premier le lit vide puis la fenetre ouverte d'ou il apperçut vaguement une reflet doré disparaitre dans la nuit. La jeune fille s'etait apparement reveillé mais enfuis...

" La merde... Bon c'est plus la peine que je reste la maintenant. "

Sur ce, il tourna les talons et sortit. Cette femme l'intrigait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
 
Reveil (apres fete de la musique)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne fête des mères
» Musique du 20eme siecle (tous styles)
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Kitai :: L'Académie :: Infirmerie-
Sauter vers: